Catégories
Médias

Driss Aït Youssef, président de l’ILV, intervient sur LCI

Le 12 mai 2016, le président de l’Institut Léonard de Vinci, Driss Aït Youssef, était l’invité de Katherine Cooley sur LCI, pour parler des questions de sécurité autour de l’EURO 2016.

Catégories
Médias

État d’urgence, deuxième secousse

À la suite des attentats du 13 novembre 2015, le président de la République a décrété l’état d’urgence qui sera prorogé par la loi n°2015-1501 du 20 novembre 2015 relative à l’état d’urgence. Cette mesure a fait l’objet d’une nouvelle prolongation par le Parlement le 16 février dernier. Cette loi reste, donc, en vigueur jusqu’au 26 mai 2016 soulevant ainsi de nombreuses inquiétudes des magistrats, avocats et associations de sauvegarde des droits de l’Homme.

 

Lire la suite sur le site de The Conversation

Catégories
Médias

État d’urgence, première secousse

C’est un petit coup de canif que le Conseil d’État vient de porter à la loi du 20 novembre 2015 relative à l’état d’urgence. Dans une décision du 22 janvier (n°396116, M.B. ), la plus haute juridiction administrative a suspendu une assignation à résidence et condamné l’État à verser au requérant la somme de 1 500 euros.

L’assignation à résidence suspendue

Dans cette affaire, le ministre de l’intérieur a astreint le 15 décembre 2015 un individu à résider sur le territoire d’une commune de 21h30 à 7h30 avec une obligation de se présenter trois fois par jour au commissariat de police tous les jours de la semaine (jours fériés et chômés compris). En outre, l’assigné devait obtenir du préfet de police une autorisation écrite pour se déplacer en dehors de son lieu d’assignation.

Lire la suite de l’article sur le site https://theconversation.com

Catégories
Médias

Déchéance de nationalité : l’absurdité juridique derrière l’emballement politique

Alors que Christiane Taubira vient de claquer la porte du gouvernement, la réforme de la Constitution sur la déchéance de nationalité arrive à l’Assemblée nationale. Un projet à la fois incohérent juridiquement et impossible à mettre en œuvre, dénonce Driss Aït-Youssef, docteur en droit et spécialiste des questions de sécurité.

Lire la suite sur le site de L’Obs

Catégories
Médias

Attentats : la sécurité privée, aux avant-postes de la prévention contre le terrorisme

5.000 nouveaux emplois de policiers et de gendarmes seront créés d’ici 2017, a annoncé François Hollande, suite aux attentats qui ont touché la capitale française. Une réponse qui ne prend pas suffisamment en compte l’importance de la sécurité privée, pour Driss Aït-Youssef, président de l’institut Léonard de Vinci.

Lire la suite sur le site Le Plus de L’Obs: http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1468500-attentats-la-securite-privee-aux-avant-postes-de-la-prevention-contre-le-terrorisme.html

Catégories
Tribunes

Il paraît que le vendredi 13 porte malheur. C’est assurément vrai !!!

Il paraît que le vendredi 13 porte malheur. C’est assurément vrai !!!
Plusieurs attentats ont été commis sur le sol français faisant 130 morts et environs 350 blessés. Ce sont des actes cruels, barbares qu’aucune cause ne peut justifier. Ces assassinats d’une lâcheté inégalée traduisent la négation de l’existence d’un peuple libre. Ils ont été revendiqués par l’organisation terroriste Daesch. Il serait la conséquence de l’implication de la France dans les conflits Syriens et Irakiens. La France participe pourtant très modestement à cette guerre en ciblant des camps d’entrainement et des points stratégiques de l’organisation terroriste.

Cette implication de la France dans le conflit visait essentiellement à ralentir la progression de l’État islamique notamment dans la zone kurde irakienne. Cette organisation terroriste est réputée pour ne faire aucune distinction entre les individus. En effet, les femmes, les enfants et les personnes vulnérables sont sauvagement exécutés dans des conditions ignobles et lâches.

Les attentats du 13 novembre auront, hélas, confirmé cette politique d’extermination. L’heure est au recueillement dans la douleur et la détresse mais très vite il nous faudra tirer des enseignements sur les plans intérieur et extérieur.

S’agissant des enseignements extérieurs, l’implication de la France dans la région doit nous interroger. En effet et comme développé lors d’un récent propos sur les attentats de janvier 2015, notre politique étrangère notamment contre le régime d’Assad a été contre-productive. Comment peut-on raisonnablement livrer des armes à des groupes se revendiquant d’un islam modéré pour combattre Bachar El Assad. Y a-t-il plus modéré que le président Syrien ? Sans qu’il soit nécessaire de davantage développer ce propos, il suffit d’interroger les irakiens qui  affirment sans détour que la période du dictateur de Saddam Hussein était plus « sûre ». Notre politique étrangère a opéré un basculement pour s’attaquer au véritable ennemi de notre civilisation c’est à dire l’EI mais avec quels moyens et pour quels objectifs ? Là encore, la faiblesse de notre raisonnement politique guidé par des intérêts extérieurs ne facilite pas l’émergence d’une politique établie sur les seuls intérêts de la France. En d’autres termes, la realpolitik n’existe plus. Toutefois, un pays comme la France peut sur le fondement de son statut de puissance mondiale participer aux cotés d’autres Nations à la paix et à la stabilité dans le Monde sous réserve d’y défendre nos valeurs. Le conflit syrien n’a livré, de ce point de vue, aucune justification.

Et maintenant ? Il n’y a rien de pire que le renoncement. Face à ces actes barbares, la France doit rendre gorge par tous les moyens. Cela ne sera pas aisé compte tenu de nos moyens limités. Même, la mobilisation de nos alliés ne suffira, probablement, pas panser les plaies des millions de français touchés par ces attentats. La guerre sera longue. Elle ne peut se limiter pas à éliminer le commanditaire. En effet, qui peu imaginer, une seule seconde que pour gagner une guerre, il suffirait de tuer le général.

S’agissant, ensuite, des enseignements intérieurs, la montée en puissance des lois permettant de lutter contre le terrorisme ne produiront pas d’effets immédiats comme d’ailleurs la loi de programmation militaire. De même que les moyens qui seront mis en œuvre ne permettront pas de suivre l’ensemble des individus fichés pour leur radicalisation. Ce qui est plus frappant encore, c’est la méconnaissance des politiques de nos propres lois celles qu’ils votent d’ailleurs souvent par procuration. Cela débouche inévitablement sur des propositions farfelues par exemple l’internement général des individus fichés « S » comme si le droit français offrait une telle possibilité. C’est aussi, les propositions des Républicains voulant confier des pouvoirs de police judicaire à des agents privés ce que les juridictions administratives et le Conseil constitutionnel ont toujours censuré. Du côté du Gouvernement, le président Hollande a décrété l’état d’urgence pour trois mois et mobilisé par ailleurs près de 3 000 militaires supplémentaires. Cette mobilisation exceptionnelle trouvera rapidement ses limites du fait de l’impossibilité de maintenir durablement les effectifs policiers et militaires. Il appartient au pouvoir exécutif de préparer la France car gouverner c’est davantage prévoir que se mouvoir dans des analyses médiocres. Aussi, la construction d’une nouvelle architecture de sécurité intérieure mobilisant tous les acteurs publics comme privés est une nécessité absolue.  Il faudra pour cela faire tomber des tabous et sortir des dogmes mortifères.

Pour conclure, la France est dans un état grave. Le gouvernement ne parvient pas à assurer la sécurité des français pourtant composante essentielle d’une Nation. La courbe du chômage n’amorce aucune décente risquant ainsi de désintégrer la cohésion nationale de notre Pays. En attendant, il nous faut faire France ensemble pour surmonter cette terrible épreuve et anéantir cette organisation terroristes et tous ses soutiens.

Driss Aït Youssef
drissaityoussef@yahoo.fr

Catégories
Tribunes

Une réforme de la sécurité privée indispensable

Plusieurs annonces politiques prévoient une plus grande participation de la sécurité privée aux missions de sécurité intérieure. La première annonce fait suite à la réunion du comité national de la sécurité des transports en commun. Ce comité propose de renforcer les pouvoirs des agents de la surveillance générale et du GPSR.

Catégories
Tribunes

La loi incomplète sur le renseignement

Dimanche 16 avril matin, un jeune individu est secouru par le SAMU pour des blessures par balles. Les policiers appelés sur les lieux découvrent dans le véhicule du blessé un arsenal de guerre. La victime devient alors suspect et placé en garde à vue. Les premières informations font état d’un acte terroriste manqué de très peu puisque les cibles étaient une ou plusieurs églises.

Cet acte terroriste manqué nous rappelle tristement les tuerie de mars 2012 et plus récemment encore les attentats de janvier 2015.  Les éléments à la disposition des policiers montrent des connexions avec un contact syrien probablement le commanditaire. Ce constat fait écho à l’intervention du Président syrien Bachar Al-Assad sur France 2 dimanche dernier au cours de laquelle, il appelait la France à changer de politique étrangère. Étrange coïncidence.

Les services de renseignements devront répondre rapidement à plusieurs questions :

  1. Comment s’est il procuré autant d’armes entre son interrogatoire à la DGSI en 2014-2015 et aujourd’hui ?
  2. Existent-ils un réseau structuré de fourniture d’armes et de matériels (brassard police, gilet tactique, gilet par balles…) ?
  3. Existe-il une cellule de planification d’attentats en Syrie ou ailleurs (Il est rappelé que plusieurs chrétiens ont été assassinés ces dernières semaines en Afrique et au Proche-Orient) ?
  4. Y-a t-il d’autres attentas de planifié ?

Ces quelques questions ne masquent pas les faiblesses de nos services de renseignement à focaliser leur attention sur un ou plusieurs individus. Il n’est pas ici question de juger l’action de nos forces de sécurité dont l’efficacité est reconnu. Il s’agit avant tout d’évoquer l’éternel problème des effectifs. La loi sur le renseignement actuellement en débat au Parlement si elle propose des innovations en matière de renseignement se heurtera au même problème que la surveillance humaine. En effet, cette loi propose de colleter une masse d’informations importante. Ces données une fois collectées seront traitées par un algorithme qui devra en extraire la substantifique moelle sur la base d’un calibrage du logiciel. Seulement et comme pour nos voisins outre-Atlantique qui ont déjà recours à un système similaire, il faut du personnel qualifié pour analyser ces données et le cas échéant déclencher des opérations de sécurité.

En définitif, cette loi qui est une loi d’exception afin de combler le retard du droit sur la technologie risque d’être contre-productive eu égard aux nombreuses informations collectées et le peu de moyens humains pour exploiter ces données.

Pour conclure, une politique de lutte contre le terrorisme doit être globale. Elle doit être déployée sur plusieurs axes comme la lutte contre l’exclusion, le décrochage scolaire, l’univers carcéral, la politique étrangère et la lutte contre le trafic d’armes en passant par le blanchiment.

Catégories
Tribunes

Des ambitions anti-terroristes à la hauteur des menaces

Près de trois mois après les attentats de janvier 2015, le Gouvernement a décidé revoir son dispositif de lutte contre le terrorisme par la proposition d’une loi sur le renseignement afin d’améliorer la capacité de nos services de renseignement en matière d’interception et d’analyses des risques. L’exposé des motifs de la proposition de loi indique que « le renseignement permet de connaître et de prévenir les risques et les menaces pesant sur notre pays et sa population, ainsi que de mieux appréhender les grands enjeux auxquels ils sont confrontés ».

Catégories
Tribunes

Attentats de janvier 2015

Mercredi 7 janvier, deux terroristes pénètrent dans les locaux du journal Charlie Hebdo pour tenter de décapiter la direction du journal. Le bilan est très lourd : 11 personnes ont été sauvagement assassinées. Dans leur fuite, les deux terroristes ont abattu un policer qui tentaient de les arrêter.

Catégories
Tribunes

La chasse aux chrétiens

Mes propos iront aux chrétiens d’Orient qui subissent, en ce moment, une répression indigne et ce dans l’indifférence de la communauté internationale celle là même qui a chassé des dictateurs considérés, aujourd’hui, comme des enfants de cœur face à des terroristes sanguinaires à la foi imaginaire.

C’est ainsi que l’Etat islamique, organisation terroriste dirigée par Abou Bakr al-Baghdadi, a lancé un ultimatum aux chrétiens d’Irak leur enjoignant de se convertir à l’Islam, régler une taxe spéciale ou quitter la ville sous peine d’être exécutés. Inutile de préciser que dans ces conditions, les chrétiens n’ont pas d’autres choix que de prendre leurs effets personnels et partir vers des destinations incertaines dans une région dominée par la guerre.

Par ces actes, les dirigeants terroristes autoproclamés ont mis fin à une présence vieille de plus 1 600 ans dans la région.

Déjà l’année dernière, des militants de l’organisation des frères musulmans avaient attaqué des commerces tenus par des Coptes en Egypte.

Les procédés semblent les mêmes en Irak et en Egypte : On marque la maison ou le commerce d’une croix ou d’une lettre pour mieux cibler et les intimider.

La situation dans la région est déplorable, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon a qualifié ces actes de crime contre l’Humanité.

Fait extraordinaire, c’est le sanguinaire Bachar El-Assad qui protège les minorités en particulier les chrétiens de Syrie.

Quelles sont les options de la communauté internationale ?

Pas beaucoup, le déploiement d’une force d’interposition semble exclu selon les gouvernements européens et américains. La méditation avec ces groupes terroristes signifierait un aveu de faiblesse et donc d’échec dans leur approche. Il ne reste que l’appui militaire au gouvernement irakien déjà très affaiblit par une autorité contestée un peu partout en Irak. Les Etats-Unis envisagent, seulement, de s’engager aux cotés des forces militaires irakiennes notamment par un appui aérien ou la formation des soldats.

Pour conclure, la situation dans la région est désespérée. Elle appelle des gouvernements occidentaux une autre approche basée sur la stabilité et le pragmatisme en impliquant certains régimes (l’Iran, la Turquie, l’Arabie Saoudite, la Jordanie…).

Je vous livre, pour finir, l’article très intéressant d’un journaliste tunisien.

Bonne lecture.

SCAN0000SCAN0001

Catégories
Médias

L’anti-terrorisme français remis en question

a France se protège-t-elle bien contre le terrorisme ? C’est la question que se pose un expert français de la sécurité globale, Driss Aït Youssef, président de l’Institut Léonard de Vinci, ancien auditeur de l’INHES et que les français sont eux aussi en droit de se poser suite à la tuerie du Musée juif de Bruxelles.

Lire la suite sur : http://www.journal-deux-rives.com/actu/04384-anti-terrorisme-francais-remis-question

et sur : http://www.directsud.eu/?p=8004

Catégories
Tribunes

Tendances terroristes au Moyen-Orient

Depuis quelques temps deux tendances terroristes s’affrontent au Moyen-Orient.

D’abord celle d’Al QAIDA, en perte de vitesse dans la région. Cette organisation préconise le Djihad contre les occidentaux. Cette structure terroriste même si elle poursuit son développement en Afrique connaît des difficultés structurelles depuis la mort de son dirigeant Oussama Ben Laden. Dans le même temps, les opérations menées par Le Joint Special Operations Command (JSOC) américain au Pakistan et dans la zone tribale du Waziristân ont considérablement affaibli cette organisation.

Catégories
Tribunes

Les chantiers du nouveau Ministre de l’Intérieur

Bernard Cazeneuve a été nommé au Ministère de l’Intérieur le 2 avril dernier. Son arrivée, place Beauvau, a suscité des réactions assez mitigées des organisations syndicales.

Elles lui reprochent, en autre, ses coupes budgétaires débouchant sur la suppression de l’indemnité de sujétion spéciale (ISS) dont bénéficiaient les plus jeunes policiers.

Les chantiers à mener au sein du Ministère restent gigantesques. D’abord, le projet de loi sur la réforme pénale que les policiers souhaiteraient voir abandonner rapidement. Seulement, le maintien de Christiane Taubira au Ministère de la Justice n’est pas nécessairement un bon signal pour les policiers. Les professionnels espèrent un soutien du prédécesseur de Bernard Cazneuve, Manuel Valls, aujourd’hui, Premier des Ministres.  Le nouveau locataire de la place Beauvau devra ferrailler contre une Ministre plus populaire que lui.

Catégories
Tribunes

La sécurité pour tous et partout

C’est en ces termes qu’il convient d’amorcer une nouvelle politique publique de sécurité. Cette dynamique doit nécessairement prendre la forme d’une réappropriation de l’espace public avec la nécessité absolue de renforcer les services publics de sécurité.

Catégories
Tribunes

Force de l’ordre : entre sécurité et liberté

Selon l’art 2 de la DDHC du 26 août 1789 : « le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression ».

L’art 5 de la Convention Européenne de Sauvegarde des droits de l’Homme ratifié par la France en 1974 dispose que « Toute personne à droit à la liberté et à la sureté, nul ne peut être privé de sa liberté, sauf dans les cas suivants et selon les voies légales ».

Catégories
Tribunes

La vidéoprotection

Les communes débattent actuellement de la nécessité ou non d’installer un système de vidéoprotection sur leur territoire afin de prévenir et lutter contre la délinquance.
La loi d’orientation et de la programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI 2) et le code de la sécurité intérieure viennent préciser l’emploi d’un dispositif de vidéosurveillance.

Le terme vidéosurveillance a supplanté celui de la vidéoprotection au travers de l’article 17 de la loi de 14 mars 2011 d’orientation et de la programmation pour la performance de la sécurité intérieure. Ce texte indique que « Sous réserve des dispositions de la présente loi, dans tous les textes législatifs et réglementaires, le mot : « vidéoprotection » est remplacé par le mot : « vidéoprotection ».

Catégories
Tribunes

Marseille : entre échec politique et insécurité

La situation à Marseille, deuxième ville de France, semble se détériorer au fil des mois malgré des déplacements ministériels, quelques discours de fermeté et des renforts policiers qui ne changeront, hélas, pas le quotidien des Marseillais.

La ville est, aujourd’hui, tristement connue pour ses règlements de compte (13 depuis le début de l’année). Ces faits divers ont éclipsé les initiatives culturelles pourtant de grandes qualités. En effet, Marseille Provence 2013 est la capitale européenne de la culture.

Il convient de s’arrêter quelques instants sur la situation politique pour comprendre et mieux appréhender la situation sociale qui impacte la sécurité des Marseillais au quotidien. Deux constantes permettent de dresser une conclusion peu encourageante.

Catégories
Médias

Malveillance informatique et vol de données chez un client

La cybercriminalité est un sujet qui anime régulièrement notre actualité. Récemment encore, le vol de plus de 160 millions de données de carte bleue pour un préjudice estimé à plus de 300 millions de dollars nous rappelle le caractère mondialisé de cette menace.

Catégories
Tribunes

L’offre de sécurité publique dans les transports en commun

La catastrophe de Brétigny-sur-Orge dégage plusieurs enseignements s’agissant des transports en commun dans notre pays.

D’abord, l’Administration doit, obligatoire, prendre en compte la vétusté du réseau ferré qui génère des retards considérables et par voie de conséquence des indemnisations importantes de voyageurs.

Ensuite, le maillage ferroviaire tel qu’il a été conçu ces dernières décennies doit faire l’objet d’une vaste réflexion. En effet, les grandes gares parisiennes (Nord, Saint-Lazare la Défense) ne doivent plus être considérées, aujourd’hui, comme des lieux de transit mais bien comme des lieux de vie. On y va, maintenant, pour déjeuner ou pour y faire du shopping.

Catégories
Tribunes

Un combat utile…non indispensable

Le 11 janvier 2013, des commandos de la DGSE ont tenté d’extraire l’agent otage Denis Allex (sous sa fausse identité) de sa prison somalienne. L’opération s’est soldée par un échec : trois agents de la Direction Générale des Services Extérieurs sont morts.  C’est la plus importante perte pour les services secrets français depuis le 30 avril 1959.

Catégories
Tribunes

Les enjeux de la securité privée

Les sécurités humaines et électroniques évoluent régulièrement…c’est-à-dire chaque fois que le législateur annonce une réduction d’effectifs et une baisse de moyens de la sécurité publique.

D’abord s’agissant de la sécurité humaine, il apparaît que plusieurs initiatives ont permis de mieux encadrer le travail des agents de sécurité privée. Le point de départ étant la mise en place en septembre 2010 de la délégation interministérielle à la sécurité privée à la suite du rapport Blot. La création, ensuite, du Conseil National des Activités Privées de Sécurité en mars 2011 viendra confirmer la prise en charge par l’Etat de ces questions.

Catégories
Médias

L’algorithme anti-terroriste – Podcast RTS

Driss Aït Youssef était l’invité de le Radio Télévision Suisse (RTS) pour participer à l’émission les Temps Modernes.

Le thème de l’émission du lundi 8 juillet était: L’algorithme anti-terroriste

L’algorithme anti-terroriste existe. Plusieurs villes américaines l’ont adopté. Il s’agit d’un logiciel capable de détecter sur la base d’images un comportement anormal dans un espace public en fonction de l’heure et des mouvements de foule. Peut-on faire confiance à une machine lorsqu’il s’agit de prévenir les actes de terrorisme

Cliquez ici pour télécharger le podcast au format mp3: L’algorithme anti-terroriste

Retrouvez le podcast sur le site de RTS: http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/les-temps-modernes/

 

Catégories
Tribunes

Révélations d’Edward Snowden : causes et effets

Suite aux révélations d’Edward Snowden, l’ex-consultant informatique des services secrets américains sur la NSA qui a espionné des ambassades occidentales, un spécialiste de la sécurité globale Driss AÏT YOUSSEF en décortique les causes et les effets.

Pour Driss AÏT YOUSSEF : « La finalité des agissements de la NSA est évidemment de tout savoir et tout voir dans le but il est vrai de renforcer leur domination…économique»

Catégories
Tribunes

La sécurité partout pour tous et avec tous

Par Driss Aït Youssef dans les Cahiers de la Sécurité n°19 – mars 2012

Roger BENMEBAREK et Mohamed KHIDER sont les premiers Préfets de la République issus de la diversité nommés en 1986. 18 ans plus tard, le 14 janvier 2004, c’est autour d’Aissa Dermouche d’être nommé Préfet de la République. Cette nomination se voulait d’abord politique. En effet, ses initiateurs revendiquaient, jadis, le premier Préfet musulman de la République. Maladresse ou calcul politique, c’était en tout état de cause les prémices d’une politique ambitieuse de promotion de la diversité qui donnait une dimension bien réelle de l’Egalité. Depuis, les décrets se sont succédés au travers la nomination de plusieurs personnalités politiques et fonctionnaires à des postes de premiers plans.

Ce vocable de diversité n’a pas toujours été maitrisé ce qui a quelques fois provoqué un malaise au sein de la classe politique. Ce fut par exemple le cas du Préfet Dermouche. Comment revendiquer la nomination d’un préfet musulman ? La confusion diversité et religion est maladroite ce qui prouve un concept pas toujours correctement assimilé.

Catégories
Médias

Cyberattaques, une menace trop peu prise au sérieux

Par Driss Aït Youssef pour Le Monde.fr le 13/05/2013

Ne serait-il pas temps pour notre pays de prendre conscience des nouveaux enjeux liés au numérique ? Les cyberattaques menées depuis les États-Unis par un groupe de cyber-délinquants ayant dérobé plus de 45 millions de dollars à deux banques montre une fois encore la vulnérabilité des systèmes d’information les plus stratégiques et, apparemment, les mieux protégés.

Certes, les hackers ont-ils surestimé leur capacité à blanchir leur butin. Mais soyons assurés que les prochaines attaques seront, sans doute, mieux organisées avec, cette fois, l’appui de groupes criminels puissants disposant de moyens techniques et organisationnels solides.

Au  16e rang des pays où la cybercriminalité est la plus active, la France peut légitimement s’inquiéter. Le dernier rapport sur la cybercriminalité de la société américaine Symantec sonne d’ailleurs l’alarme de façon spectaculaire. Le cybercrime est en expansion et il paraît de plus en plus difficile de l’arrêter.

>> Lire la suite sur l’article du Monde

Catégories
Médias

La protection des données : un enjeu fondamental

Par Driss Ait Youssef le 01/06/2012 dans le blog Intelligence économique des Échos.fr
Une grande partie des entreprises françaises se considère comme étant très dépendante de leurs données. Un volet de l’intelligence économique a pendant longtemps été interprétée comme une action visant à protéger la sécurité matérielle des entreprises. Depuis nous avons basculé dans l’immatériel. Ce patrimoine immatériel est essentiellement composé d’informations et de savoirs. Il constitue aujourd’hui un actif pour la société. Il devient donc primordial de protéger ce capital, et pour cela, les entreprises doivent s’adapter à un marché mondialisé caractérisé par une concurrence visible et quelquefois violente.

La protection des données des entreprises et des institutions est un sujet qui peut revêtir plusieurs formes. D’abord avec la défense de l’information ; ensuite avec la protection des données et de leurs infrastructures. Pour évacuer le sujet de la défense de l’information, plusieurs spécialistes se sont posé la question de savoir s’il est permis de contre-attaquer ? Une riposte peut-elle prendre forme légalement ? La défense ne peut se transformer en riposte en raison d’une définition trop large et mal maitrisée qui pourrait déboucher sur une politique de légitime défense dangereuse. Elle n’est d’ailleurs pas reconnue par le législateur

D’où la nécessité de mettre en place des dispositifs visant à protéger les informations, à la fois préventifs et dissuasifs.

>> Lire la suite de l’article sur le blog des Échos 

 

 

Catégories
Tribunes

La diversité dans le recrutement des forces de sécurité

Président : Driss AIT YOUSSEF, chargé de mission
Rapporteur : Bertrand DEUMIÉ, inspecteur des affaires sociales

Ministère de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales
Dialogue « Jeunesse Police »

Le 31 août 2009, M. Brice Hortefeux, Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des collectivités territoriales déclarait, lors de la première rencontre avec les associations autour du thème « dialogue jeunesse-police » que l’un des groupes « sera consacré à l’Égalité des chances et à la promotion [de la] diversité dans les forces de sécurité. Il est, en effet, essentiel que les forces de sécurité entretiennent un lien permanent avec la population, notamment en représentant la diversité de la société ».
Le groupe de travail n°4 du dialogue jeunesse-police constitué à cette occasion s’est donc vu chargé de traiter le thème de l' »égalité des chances et de la promotion de la diversité dans les forces de sécurité ». Le groupe, dont la composition figure en annexe 7, a été présidé par M. Driss Aït Youssef et a mené ses travaux du mois d’octobre 2009 à mars 2010.

Catégories
Tribunes

INHES – 20ème SNE – 2008/2009 – GDS n°5

Protection des moyens de transport, intermodalité et insertion dans le tissu urbain, comment mieux structurer l’offre de sécurité ?

Liste des auditeurs

  • Driss Aït Youssef – Président- Institut Léonard de Vinci
  • Philippe Bertrand – Commissaire Divisionnaire – Chef d’Etat-major – Ministère de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales Direction centrale de la sécurité publique
  • Philippe Caperan – Directeur Général opérationnel – Etienne Lacroix tous artifices SA
  • Guy Cazenave Lacroutz – Colonel de gendarmerie – Chef du bureau de l’exécution du budget – Ministère de la Déense – Direction générale de gendarmerie nationale Direction des soutiens et des finances – Sous-direction administrative et financière
  • Sabine Chalet – Directrice de Cabinet – Mairie de Saint-Dizier
  • Nicolas Evain – Directeur des programmes de recherche – THALES
  • Laurent Gumbau – Commissaire Divisionnaire – Chef d’Etat-major à la direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône – Ministère de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales Direction centrale de la police judiciaire
  • Patrick Guyonneau – Ingénieur en chef de l’armement – Chef du service des technologies de sécurité intérieure – Ministère de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales Direction de l’administration de la police nationale
  • Olivier Hallez – Directeur de Westeel Voyages – Keolis Transports de voyageurs
  • Jean Michel Icard – Avocat – PRAXES Avocats
  • Michel Lene – Colonel de l’armée de l’Air – Adjoint au commandant de l’État-major opérationnel AIR – Ministère de la Défense
  • Pierre Marchand-Lacour – Commissaire Divisionnaire – Conseiller technique auprès du Préfet de Police – Préfecture de Police – Cabinet
  • Pascal Simeonin – Directeur Délégué à l’organisation – France 3
  • Marco Tirelli – Directeur Technique – Gérant – SYS.MI.LAN (Systèmes intégrés de protection et de surveillance)
Catégories
Tribunes

Le manifeste des quartiers populaires

Rapport rédigé par Driss Aït Youssef, Pascal Perri, François Volpelier, Guillaume Pascault et Jean tulet sous la direction de Karim Zéribi, Président du Parlement des banlieues. Ce manifeste des quartiers populaires vise à décrire la situation actuelle des quartiers populaires en France sur la base d’informations claires et documentées, à préciser l’état d’esprit des habitants de ces territoires et leurs attentes, enfin à proposer des actions concrètes en faveur de ces quartiers.